DOLE
EN 1 CLIC
Contact

Hôtel de ville

Place de l'Europe
39100 DOLE

03.84.79.79.79

Jours et horaires d’ouverture
Accueil du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
et le samedi de 9h à 12h

Les services municipaux
A- A+

Actualités

Il y a 100 ans s'achevait la Grande Guerre

Entre 1914 et 1918, toute la ville était mobilisée dans un grand élan de solidarité et de reconnaissance envers les Poilus.

Il y a 100 ans s'achevait la Grande Guerre
L'hôpital auxiliaire 104 était installé au collège de l'Arc. © Réseau des médiathèques du Grand Dole

Quêtes à domicile, tombolas, souscriptions publiques… Pendant les quatre années qu’a duré la Première Guerre mondiale, le comité des « Étrennes du Poilu dolois » présidé par le maire Marius Pieyre, n’a pas ménagé ses efforts pour témoigner son soutien aux jeunes soldats mobilisés à partir d’août 1914. L’argent récolté auprès de ceux restés à l’arrière a permis d’expédier, chaque fin d’année, 1 400 colis sur le front.

Ceux-ci contenaient des vivres afin d’améliorer l’ordinaire des rations militaires : une livre de pain d’épices, deux boîtes de conserve, une livre de chocolat, mais aussi du tabac, des cigarettes et une pipe fournie par la mairie de Saint-Claude. Pour soigner le moral des troupes, on glissait également dans les paquets une carte de visite « portant les vœux de la municipalité, du comité et de la population doloise », une brochure de poésies patriotiques et un exemplaire d’un journal Le Poilu dolois.  Cette publication était composée de dessins – dont certains sont signés de l’artiste Emmanuel Jodelet – et de photos illustrant la mobilisation d’une ville derrière son armée.

Le monument aux morts construit en 1922

Après la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918, le soutien moral et matériel se transforma en devoir d’hommage à ceux qui avaient donné leur vie pour la victoire de la France et de ses alliés.

En août 1919, le Conseil municipal décidait ainsi d’ériger un monument commémoratif et en confiait la conception à l’architecte Eugène Chifflot. Les habitants furent de nouveau mis à contribution pour réunir le budget nécessaire à la réalisation de ce projet, soit 92 500 francs.

Représentant « La Ville pleurant ses enfants », une statue a été commandée au sculpteur parisien Félix Desruelles afin d’être installée dans l’allée centrale du cimetière nord.  Commencé en mai 1922, le chantier s’est achevé fin octobre, juste à temps pour que le monument dédié à la mémoire des Dolois « victimes de la plus affreuse des guerres» soit inauguré par une foule nombreuse, le jour du quatrième anniversaire de l’Armistice.

453 Dolois morts au front

Un Dolois âgé de 20 à 40 ans sur 5 a été tué au cours de la Première Guerre mondiale, soit 453 hommes. À ces victimes, il faut ajouter ceux qui sont revenus des tranchées gravement blessés et handicapés – dont les « gueules cassées » - ainsi qu’un millier de prisonniers de guerre.

En 1918, Dole a également connu le fléau de la grippe espagnole qui a provoqué de 10 à 15 décès par semaine pendant les mois d’août et septembre.

Source : Histoire de Dole de Jacky Theurot, Daniel Bienmiller, Maryvonne Marmet, Annie Gay et Jean-Louis Viennot

Article réalisé en partenariat avec les Archives municipales.
Site web : patrimoine-archives.grand-dole.fr

En savoir plus sur les commémorations du 11 novembre 1918 à Dole.